Après la Fin | RPG |
Ne sois plus un simple observateur, ne sois plus inactif : rejoins une caste et bats-toi pour sauver ta peau !

Le jeu n'attend que toi !


Un seul but : survivre !
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous vous souhaitons à tous une bonne année 2043 environs ! Essayez de rester en vie jusqu'à la prochaine !
Venez manger un bout de Rat'sBurger dans notre Mc Destroy ! Ça ne coûte rien, et c'est réservé aux punks !
Révolte ! Rejoignez PETER ! Les Administrateurs doivent payer ! Nous leur arracherons notre bonheur à coups de revendications sanglantes !
Gangsta vend moteur de voiture BMW. Pour plus d'infos, contactez Joe. Payable en came.
"C'est incroyable ce que veut PETER !" a hurlé Cho'Ko lors de son discours, "Ils réclament de l'impossible alors que nous venons à peine de sauver AlF !"
Le 25 décembre, un lieu où un certain nombre de mutants s'étaient réfugiés a été réduit en cendres. Impossible de vérifier si les mutants étaient déjà morts avant l'incendie. Qui a bien pu commettre une telle atrocité ?
Cherche refuge. Peut endormir vos enfants par la pensée en quelques secondes pour plusieurs heures.
LSN s'est une fois de plus exclamé que PETER était une révolte en carton, et que les administrateurs ne maltraitaient aucunement les membres. "Si ils veulent la guerre, qu'ils aillent tuer du kikoolol et nous laissent tranquilles."
J'sais pas qui est l'bâtard de punk qui a buté mon frère, mais je te retrouverai 'culé ! A.
Janus, fondateur de PETER, a annoncé que des mesures radicales seraient prises contre ces administrateurs qui ont immobilisé le forum pendant plusieurs mois. La révolte est en marche, mais elle marche peut-être trop vite.

Partagez
 

 Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre]

Aller en bas 
AuteurMessage
Aquaj

Aquaj

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Personnage: Arthur Sorrow
Caste: Fou

Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre] Empty
MessageSujet: Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre]   Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre] EmptyMar 21 Juil - 0:40

Arthur sortit la clé de sa poche et s'en servit pour déverrouiller la porte. Il avait de la chance, personne n'avait fait sauter le verrou, ce qui voulait dire que personne ne lui avait prit quoi que ce soit. En réalité le verrou servait plus à indiquer si quelqu'un été venu ou pas plus qu'a protéger ce qui était derrière la porte. Quoique ça protégeait de ceux qui n'avait pas d'armes et des mutants qui n'avait pas de pouvoir destructeur pour les objets... Donc de pas grand monde c'est vrai.

Bref Arthur déverrouilla la porte et l'ouvrit pour rentre dans son "chez lui", ce n'était pas exactement son chez lui en réalité. Ce n'était même pas un endroit à personne qu'il avait récupéré, c'était en réalité l'ancien lieu de vie de son collègue et ami Benjamin Jamesson, ce même collègue qui avait prit soin de lui lors de sa dépression, qui l'avait forcé à manger pour qu'il ne meure pas, qui n'avait parfois pas dormi de la nuit pour être sûr qu'ils ne se fassent pas égorger dans leur sommeil, lui avait expliqué la situation extérieure à son rétablissement, lui avait donné une arme, lui avait expliqué son fonctionnement... et avait été descendu d'une balle par son protégé, froidement. Oui, définitivement, Benjamin était ce qu'on pouvait appeler "un ami".

La pièce était relativement bien organisée. Dans le coin le plus éloigné de la porte, à droite étaient entreposées les canettes de boisson, alcoolisées ou pas, dans le coin gauche, sur une petite étagère était posée le peu de nourriture qu'il avait et qui se conservait : gâteux secs, fruits secs, viande sèche et salée -du genre dont une bouchée te fait trois heures de masticage et te cale jusqu'au soir- et oh! d'autres biscuits. Collée au mur entre ces deux coins se trouvait une longue table sur laquelle était posé diverses fioles de formes bizarres; ça allait du tube à essai classique à l'alambic à tuyau de refroidissement en spirale en passant par l'erlen-meyer. Sous la table se trouvaient des bouteilles et des pots de produits chimiques, liquides ou solides. De nouveau sur la table, une lampe à brûler, et à côté d'elle une bouteille d'eau-de-vie. Bien plus facile à trouver que l'alcool à brûler. Devant la table, un tabouret au bois usé. Un peu à droite du centre de la pièce se tenait un fauteuil, enfin, un résidu de fauteuil. Les ressorts sortant ayant été arrachés au fur et à mesure, la mousse intérieure du coussin sortait légèrement formant des petits amas jaunes sur le bleu délavé du fauteuil.

A droite de la porte, dans le coin, un squelette. Habillé d'un pantalon, d'une chemise et d'un veston. Le squelette est parfaitement propre, sans aucune trace de pourriture. Cela était dû au simple fait qu'Arthur aie eu à le manger. Ben oui. Le temps de se faire connaître des castes comme ancien chimiste vendant ses services il avait bien fallu qu'il se nourrisse. C'était parfaitement valable comme motif pour manger Benjamin, et il s'était excusé -pour le principe-. Il avait fait attention à pas détacher les os et l'avait laissé là, parce qu'après tout, c'était lui le vrai propriétaire, non ?

Paul rigola doucement quand son regard se posa sur le squelette et il alla s'asseoir sur le fauteuil -ou plutôt "s'accroupir" sur le fauteuil puisqu'il préférait s'asseoir comme ça-, jetant les trois rats qu'il avait tué aujourd'hui dans le seul coin vide, il les ferait cuire et les mangerait quand il aurait un creux. Il laissa tomber sa tête en arrière et sourit.

Quatre aujourd'hui a cas où tu te poserais la question dit-il pour Benjamin car, oui, il avait l'habitude de parler à Benjamin -qu'il appelait "Benji"- parce qu'après tout, c'était le seul "ami" qu'il avait. Le "Quatre" faisait référence au nombre de personnes qu'il avait tué dans la journée.Deux au 9 mm et deux à la main, mais bon, c'était des clochards qui m'énervaient les deux derniers. Ils arrêtaient pas de me demander si j'avais pas de l'alcool... il pencha la tête pour regarder vers le squelette Oui je sais, je sais que ça fait 5 balles en moins, je sais compter ! Il me reste deux chargeurs, t'inquiètes pas. Au pire je tuerais des types jusqu'à trouver une arme et des balles. il rit doucement... Tuer pour récupérer de quoi donner la mort... Quelle ironie. Et plus il y repensait plus il trouvait ça drôle. Il se redressa et commença à rire beaucoup plus fort, un vrai fou rire. Lorsqu'il s'arrêta il essuya les larmes qui obstruaient sa vue et dit à Benji :

Qu'est-ce qu'on se marre, hein ? il regarda de nouveau vers le squelette, eût l'air songeur et décréta Ouais, t'as raison c'est l'heure de jouer. Le "jeu" d'Arthur consistait en fait à se mettre en position de tir, toujours assis sur le fauteuil, et à attendre qu'un rat passe devant la porte ouverte pour le dégommer. Les rats avaient compris depuis longtemps qu'il ne fallait plus passer devant la porte mais il restait quand même comme ça tout les soirs durant une heure ou deux. Lorsqu'il dégommait un rat soit il le mangeait soit il le faisait sécher en lambeaux qu'il posait ensuite avec le reste des provisions sur l'étagère... Actuellement, il était parti pour une heure trente de visée du sol de l'autre côté de l'ouverture s'il ne venait pas de rat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pseudo

Pseudo

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 20/07/2009

Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre]   Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre] EmptyLun 11 Jan - 9:57

Ce ne fut pas un rat qui apparu, bien que certains puissent le qualifier de tel, mais Jack Lombarius, chef d'un petit gang de truands de la banlieue de la ville, et ses informations étaient correctes. Il y avait bien un "fou" ici, ou du moins, il y avait quelqu'un. Avec un peu de chance, il s'agirait de la bonne personne.
Lombarius resta légèrement en retrait -il avait remarqué que l'homme visait le sol au niveau de la porte, et il ne tenait pas à se prendre une balle dans le pied. Il était déjà assez amoché, se dit-il en portant sa main à sa joue gauche couverte de pansements. S'il rattrapait ce type aux allures de cow-boy, il ne lui ferait pas de cadeaux.

Il n'avait pas dit où il allait, et avait pris garde à ne pas être suivit, bien qu'il craigne plus l'homme face à lui que de quelconques rivaux. Il avait tenu à venir seul. Non pas qu'il n'avait pas confiance en ses hommes, mais ces choses-là étaient ingérables. De toute façon, il avait son famas bien en main pour se rassurer.

Lombarius détailla ce qu'il voyait de la pièce avant de fixer l'homme un long moment. Le silence commençait à devenir pesant, mais il ne fallait pas se précipiter. C'était sensible ces p'tites choses là, sauter des étapes pouvait être fatal. Il se passa lentement la main dans les cheveux avant d'écraser le mégot de cigarette qu'il venait de jeter au sol.


C'est toi... Sorrow ? demanda Jack sur un ton neutre.

Il resserra son étreinte sur son famas. Oui, il ne devait pas montrer des signes de faiblesse, mais il ne pouvait pas se mentir à lui-même : il était nerveux. Il ne savait pas du tout comment allait réagir l'autre en face et était préparé à toutes les éventualités. Ou presque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aquaj

Aquaj

Nombre de messages : 10
Date d'inscription : 18/07/2009

Feuille de personnage
Personnage: Arthur Sorrow
Caste: Fou

Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre]   Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre] EmptySam 16 Jan - 1:57

Arthur avait failli tirer sur la chaussure qui s'était présentée dans son champ de vision. Il s'était retenu en songeant qu'une chaussure n'a pas besoin d'être tuée puisqu'elle était constituée de cuir mort. A moins que celle-ci fut une chaussure vivante ? Possible, ça expliquerait comment elle serait arrivée toute seule jusqu'à devant sa porte... D'ailleurs, était-elle arrivée toute seule ? Elle pouvait avoir été poussée par un rat ! Ou alors elle aurait pu... elle aurait pu... être une chaussure morte tout ce qu'il y a de plus banal, mais poussée par des chaussures vivantes ! Ainsi, elles dupaient Arthur, qui tirerait dans la chaussure morte la pensant vivante puis profiter de sa fierté d'avoir tué une chaussure pour passer discrètement de l'autre côté. C'était vraiment des raclures es chaussures. D'ailleurs pour se venger d'un acte qu'elles pourraient commettre, Arthur se promit de sauter plusieurs fois sur les siennes dès qu'il se lèverait.
Il vit tomber un mégot sur le sol et constata que la chaussure se jeta dessus. Il en conclut que les chaussures se nourrissaient de mégots et par voie de conséquence, il se devait d'en récupérer pou faire des pièges à chaussures.

Mais si un mégot venait de tomber, cela voulait aussi dire que quelqu'un l'avait balancé. Hum... La chaussure était donc accompagnée. Mais de qui ? Arthur leva prudemment les yeux, craignant de tomber sur un après-si ou une Doc Martens mais non, il vit juste un pantalon.
Était-il vivant lui aussi ? Peut-être. Mais puisqu'il accompagnait la chaussure, il ne valait mieux pas le trouer d'une balle. Premièrement parce qu'une chaussure, ok, ça peut mourir avec une balle, mais un pantalon, il en faudrait trois ou quatre, et ensuite parce que s'il tuait le pantalon, la chaussure attaquerait, et s'il tuait la chaussure, ça serait le pantalon.
Il réalisa ensuite que les pantalons ne fumaient pas, en effet, c'était toujours contraire à leur religion, alors soit il était accompagné de quelque chose d'autre, soit il était converti. Auquel cas, pourquoi accompagnerait-il une chaussure ?

Le scientifique releva donc un peu plus les yeux et au dessus du manteau, qui lui ne pouvait pas être vivant puisqu'il était gris et que tout le monde sait que les manteau gris ne sont accompagnés que d'autres manteaux gris, lorsqu'ils sont vivants, il découvrit un visage humain. Était-il vivant lui ? Non, il devait être mort. Il devait juste servir de tenue de camouflage au pantalon et à la chaussure. Mais en fait, il était vivant, puisqu'il avait passé sa main dans ses cheveux comme dans les vieilles publicités de shampooing et que ce mouvement ne pouvait pas venir du manteau qui, comme dit précédemment, était mort.

Ce mec devait être dangereux, il portait un pantalon vivant et une chaussure vivante sans souffrir le martyr, il avait dû les dompter, il devait donc être fort, très fort.

"C'est toi... Sorrow ?"

Bon, il était fort, il valait mieux lui répondre.
Arthur se leva donc et s'avança vers lui, parce que parler à distance c'est bien mais qu'avec un téléphone. Il arriva devant l'homme aux vêtement vivants et se souvint qu'il avait juré de sauter sur ses chaussures, il fit donc quatre-cinq bonds sur place puis répondit :


Oui ? C'est pour quoi ?

L'homme en face étant très très dangereux, pas à cause du Famas qu'il avait dans la main, pas important ça, mais à cause de ses vêtements, Arthur gardait le neuf millimètres prêt à tirer, au cas où le pantalon essaie de lui dévorer la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pseudo

Pseudo

Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 20/07/2009

Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre]   Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre] EmptyDim 17 Jan - 0:22

Lombarius essaya de ne pas laisser transparaître sur son visage l'étonnement passager qui l'étreignait. Certes oui, il venait de trouver l'homme qu'il cherchait, mais il ne pensait pas qu'il se mettrait à sauter sur place avant de lui parler. Ces petites choses étaient décidément vraiment étranges. On ne les appelaient pas fou pour rien. A moins que ce ne soit qu'une ruse pour endormir sa méfiance... Lombarius ne se laisserait pas avoir. Surtout que l'homme avait son 9mm bien en vue. Était-ce de la provocation, ou juste qu'il le gardait toujours sur lui ? Après tout, Jack avait bien son famas... Il ne savait pas trop quoi penser, et se dit de rester neutre pour l'instant : il ne pouvait pas anticiper ce que cette chose pouvait faire.

J'aurais besoin de tes services, dit-il cash en fixant le front de son interlocuteur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre] Empty
MessageSujet: Re: Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre]   Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Même les Fous ont un toit... Enfin certains. [Libre]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deus Ex 2007 contre Combe des fous 2007
» Enfin un compte !
» Un charentais bientot sur le toit du monde?
» Les fous d'histoire
» Des couleurs qui rendent fous !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Après la Fin | RPG |  :: La "sous-ville" :: Les caves-
Sauter vers: