Après la Fin | RPG |
Ne sois plus un simple observateur, ne sois plus inactif : rejoins une caste et bats-toi pour sauver ta peau !

Le jeu n'attend que toi !


Un seul but : survivre !
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous vous souhaitons à tous une bonne année 2043 environs ! Essayez de rester en vie jusqu'à la prochaine !
Venez manger un bout de Rat'sBurger dans notre Mc Destroy ! Ça ne coûte rien, et c'est réservé aux punks !
Révolte ! Rejoignez PETER ! Les Administrateurs doivent payer ! Nous leur arracherons notre bonheur à coups de revendications sanglantes !
Gangsta vend moteur de voiture BMW. Pour plus d'infos, contactez Joe. Payable en came.
"C'est incroyable ce que veut PETER !" a hurlé Cho'Ko lors de son discours, "Ils réclament de l'impossible alors que nous venons à peine de sauver AlF !"
Le 25 décembre, un lieu où un certain nombre de mutants s'étaient réfugiés a été réduit en cendres. Impossible de vérifier si les mutants étaient déjà morts avant l'incendie. Qui a bien pu commettre une telle atrocité ?
Cherche refuge. Peut endormir vos enfants par la pensée en quelques secondes pour plusieurs heures.
LSN s'est une fois de plus exclamé que PETER était une révolte en carton, et que les administrateurs ne maltraitaient aucunement les membres. "Si ils veulent la guerre, qu'ils aillent tuer du kikoolol et nous laissent tranquilles."
J'sais pas qui est l'bâtard de punk qui a buté mon frère, mais je te retrouverai 'culé ! A.
Janus, fondateur de PETER, a annoncé que des mesures radicales seraient prises contre ces administrateurs qui ont immobilisé le forum pendant plusieurs mois. La révolte est en marche, mais elle marche peut-être trop vite.

Partagez
 

 Le cimetière incompris

Aller en bas 
AuteurMessage
Janus

Janus

Masculin
Nombre de messages : 168
Age : 29
Date d'inscription : 21/01/2009

Feuille de personnage
Personnage: Remizov Del Horta
Caste: Fou

Le cimetière incompris Empty
MessageSujet: Le cimetière incompris   Le cimetière incompris EmptyVen 31 Juil - 16:33

Code:
Un vieux cimetière dont les tombes sont restées immaculées pendant la guerre. Étrange... Un peu comme si... Quelqu'un en prenait soin. Mais ce ne sont que des histoires, non ?

Le cimetière incompris Cimmetiere



Henry retournait vers le cimetière, en prenant moult précautions cette fois. Il avait bien vérifié que son arme était chargée et était alerte au moindre bruit suspect. Son épaule encore douloureuse étant la pour lui rappeler que la veille il avait été agressé par deux gangstas. Fort heureusement son beretta est une arme très dissuasive, fort malheureusement c'est beaucoup moins vrai lorsque l'on oublie que le chargeur est vide, dans d'autres conditions ça aurait même pu être drôle.
Le jeune punk déambulait parmi les tombes. Il était de notoriété qu'il était là en plein territoire gangsta, ses lâches qui attaquent par surprise et en surnombre, mais paradoxalement ce lieu était fréquenté par des gens de toutes castes. Un bruit le tira de sa rêverie, immédiatement Henry se retourna, beretta au poing, jambes légèrement fléchies, prêt à bondir sur le coter pour esquiver une éventuelle attaque. Fausse alerte, c'était juste une fille aux cheveux blé, ou plutôt qu'il supposa blond sous la couche de crasse qui se recueillait sur une tombe. Fausse alerte... Ou plutôt mauvaise alerte, de nos jours ont n'était en sécurité nulle part.
En partie rassurer, mais avec une douleur lancinente à l'épaule réveillée par son brusque mouvement il reprit son chemin. La douleur le rappela qu'il s'était bien défendu hier, le sang de ses agresseurs maculaient encore la tombe de feu son frère. Certes, le sien aussi, mais il s'en était plutôt bien sortit et il était peu probable que les gangstas de la veille reviennent de si tôt. À moins bien sûr que d'autres membres de leur caste ne viennent les venger...
Henry tenta de chasser ses sombres pensée en se concentrant sur son chemin. Un joli chemin de pierre sans mauvaises herbes. D'ailleurs la tombe de son frère taché de sang contrasterais avec ce chemin si... propre. En y réfléchissant elle contrasterait avec les autres tombes également, de mémoire il n'en avais jamais aperçu une salie, ou bien même envahie par les mauvaises herbes. Seule celle de son défunt compagnons n'était plus immaculée, à cause de deux satanés gangstas cherchant à s'amuser. Au moins il les avait dissuadé de l'attaquer. Et s'ils revenaient plus nombreux pour se venger.... et bien son beretta était chargé cette fois, et si cela ne suffisait pas il pourrait toujours fuir. À moins bien sûr qu'il soit blessé aux jambes... Encore ces pensées... Par les temps qui cours être pessimiste lui a permis d'éviter de nombreux dangers, mais franchement, quel plaie !

Finalement il arrivait à la tombe qu'il cherchait. Nulle trace de poussière, nulle trace de sang, nul trace du combat de la veille...


------------------------------------------------------------

Essouffler, Victor était assis dos contre un muret. L'attaque contre les punk avait mal tournée, son groupe avait à proprement parler été décimer. Virant péniblement la tête sur le côté, il vit la tête ensanglanter d'Alain le seul survivant mit à part lui-même. Sa bouche était entrouverte dans ce qu'il n'aurait pu dire s'il s'agissait d'un sourire ou d'une grimace.

-On là rechapée belle hein.
-Mouai, question de point de vue.

Victor jura. Sa jambe le faisait horriblement souffrir et il faisait des efforts que le diable seul savait pour ne pas crier.

-Tu crois qu'ils nous ont vus ?

-Ça m'étonnerais, sinon ils nous seraient déjà tombé dessus.
-A ton avis qu'est ce qu'il font ?
-Je suppose qu'ils fouillent les corps.
-Tu peut vérifier ?
-Avec plaisir mais ça me dérangerais un peu de me prendre une balle en pleine tête. Par contre je t'autorise à jeter un coup d'œil derrière le muret.


Victor répondit par un juron. Ces punks étaient vraiment une vermine. D'abord ils ne cessaient de squatter leurs territoires, mais en plus ils n'éprouvaient nul gène à fouiller les corps encore chaud de ses camarades.
Un long silence s'installa entre les deux gangstas, chacun étant bien trop meurtri pour discuter pendant des heures. Alain fut le premier à le briser :


-Ils approchent, on se bouge ?

Victor jeta un œil sur sa jambe ensanglantée en répondit entre deux grincements de dents "Ils fouille les corps, ils non aucune raison de venir ici." Avec un petit rire son compagnon indiqua d'un signe de tête le cadavre d'un punk, gisant lamentablement à quelques mètres d'eux.
Les deux amis soufflèrent une dernière fois, puis au prix d'un immense effort rampèrent derrière un bâtiment plus à l'écart de la zone des combats, et des cadavres.


-Putain, on est obligé de se cacher dans notre propre territoire...
-...
-... et pendant ce temps, EUX ils se baladent tranquillement chez nous. Par exemple, dans le cimetière on en trouve qui ne se cachent même plus, on croirait qu'ils sont chez eux.
-Au moins ils font le ménage.
-Hein ?
-Tu ne t'es jamais demandé pourquoi le cimetière était si bien entretenu ?
-J'avais entendu parler d'un fossoyeur.
-Balivernes, lui il est mort depuis longtemps, au début de la guerre même. En fait c'est tous ceux qui viennent se recueillir qui nettoient la tombe de leurs proches.

Un nouveau silence s'installa.


-J'entend plus rien, tu crois qu'ils sont partis ?

-Je te laisse vérifier.
-.....
-On se casse où on attend encore ?
-J'ai mal à la jambe.

De longues minutes passèrent, chacun était presser de rentré mais ils n'étaient pas en état de se déplacé. Alain voyait trouble et Victor avait bien besoin d'une béquille.

-D'accord pour certaines tombes. Mais pour la majorité d'entre elles personne ne vient se recueillir, comment explique tu qu'elles soient propres aussi?
-C'est évident, les punks squattent n'importent où. Ce n'est donc pas si étonnant s'ils font également de ménage.
-... Si tu parles des caveaux familiaux et des crypte je veux bien l'admettre. Mais une simple tombe en plein milieu du cimetière n'est pas vraiment l'endroit idéal pour un squat. Et que fait tu des allées et des murets du cimetière encore vierge de toute mauvaises herbes ?
-Et bien en fait....
Victor conclut triomphalement :
-Tu n'en sais rien.
-Je n'en sais rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janus

Janus

Masculin
Nombre de messages : 168
Age : 29
Date d'inscription : 21/01/2009

Feuille de personnage
Personnage: Remizov Del Horta
Caste: Fou

Le cimetière incompris Empty
MessageSujet: Re: Le cimetière incompris   Le cimetière incompris EmptyVen 31 Juil - 16:35

Centre-ville près d'un fast-food, sûrement vers midi:

Depuis cette guerre et le chaos qui en résultat l'argent avait perdu toute sa valeur. Un vieux proverbe indien disait que seulement lorsque les mers seraient vidées de leurs poissons et que les forêts seraient légendes l'Homme se rendraient compte que l'argent ne se mange pas. Ce n'était pas tout à la fait la situation actuel, mais le proverbe était vérifié.
Quelque part dans le centre-ville, un fast-food était toujours en activité. Si personne n'était en mesure d'expliquer comment, ni d'où provenait la viande du marchant beaucoup venais s'approvisionner en vivre en échange d'une quelconque babiole ayant un minimum de valeur. Par extension le quartier était devenu un endroit ou l'on pouvait faire assez facilement du troc. C'est-à-dire, avec moins de difficultés qu'autre part, mais surtout avec l'assurance de ne pas échanger nos objets contre une blessure mortelle. De même aux heures ou la fréquentation était assez élevée c'était un endroit plutôt sur ou les plus altruistes pouvaient faire des connaissances, et les plus manipulateurs chercher des pigeons.
Quelque part parmi la foule, quelques hommes discutaient.


-Les égouts sont peut-être plus sûr, mais bonjour l'odeur. Faites moi confiance, les grattes-ciels sont suffisamment grands, il faudrait vraiment être malchanceux pour qu'un indésirable vous trouve.
-Vous osez encore jouer sur la chance ? Le questionna un vieil homme aux rides marquées et aux cheveux grisonnant.
-Et vous avez pensez aux pilleurs ? Renchéri un homme plutôt épais dotée d'une barbe qui recouvrait la moitié de son visage. Si l'un décide de fouiller l'immeuble où vous crécher ce n'est pas une question de chance, mais de temps avant qu'il ne tombe par hasard sur vous.
La jeune dame qui logeait dans les tours commençait à s'agacer que l'on remette en question la sécurité qu'elle s'imaginait avoir :

-Des pilleurs ?! Mais bon sang, il n'y a plus rien à piller !
-Vous plaisanter ?! Vous-même nous avez dit avoir trouver un distributeur encore plein dans l'un des étages.
-Et puis malgré les bombardements, on ne peut pas dire que les égouts risquent de s'effondrer sur leurs fondations. Continua le vieil homme.
-Et bien... les grattes ciels ont été épargnées, voilà tout. La preuve, s'ils avaient été touché par les bombardements ils se seraient déjà écrouler.
-Ma chère dame, les bombardements ont touchée toute la ville.
-Oui, sauf le cimetière plaisanta l'ancien.

La demoiselle sauta de l'occasion d'abandonner un sujet de conversation qui commençait à s'enflammer :

-C'est vrai qu'un cimetière est une cible idéal si l'on veut éparpiller des corps.
-C'est vrai qu'ils auraient mieux fait d'attaquer le cimetière, ils se seraient retrouvée avec davantage de cadavres et moi j'aurais toujours ma maison.

Tous rirent de bon cœur, sauf un homme reconnaissable par la croix dorée autour de son cou et qui avait pris soin de garder le silence jusque là :

-Mes frères, le cimetière est un lieu sacré ou repose pour l'éternité les corps mortels des êtres chers à notre cœur. C'est donc ainsi que Dieu a protégé ce lieu des bombes.
Le silence se fit rapidement, tous ceux qui avaient entendue la remarque fixèrent l'homme d'église. L'obèse à la carrure d'ours fut le premier à poser la question qui brûlait les lèvres de chacun :
-Vous voulez dire que.... Si le cimetière n'a pas... enfin, si les avions ne l'ont pas visé... c'est grâce à Dieu ?
-Oui mon fils. Dieu protège ce lieu ou tant de gens reçoivent l'extrême onction. Voyez comme les tombes sont immaculées, voyez comme la végétation n'a pas envahi les antiques caveaux, voyez comme même malgré le chaos, rien dans le cimetière n'a été souillé ou dégradée.

Si aux yeux de tous la théorie de l'homme était risible, il fallait avouer que l'état du cimetière était des plus mystérieux. Si on pouvait aisément comprendre qu'un tel lieu n'ait pas été la meilleure cible pour un attentat, il était plus étrange qu'aucune tombe n'ait été dégradée. Autant les bâtiments politiques ont été tagués, les habitations pillées et certaines ruines davantage détruites pour le plaisir, autant le cimetière semblait ne pas connaître la période de chaos actuel.
Dans un silence poli ou bien pour retenir une crise de rire, personne n'osait répondre. Ce fut le vieil homme, l'un des rares à avoir gardé son sérieux qui le brisa.


"Sans vouloir vous contredire mon ami, mais dans ma jeunesse je me souviens que j'allais de temps en temps dans le cimetière de mon village. Bien sûr j'habitais loin d'ici, mais c'était tout de même un cimetière chrétien avec des croix sur toutes les tombes. Pourtant, je me souviens bien que les plus vieilles qui ne recevaient plus de visites étaient envahis par le lichen, à tel point que le nom gravé dessus en devenait illisible. Je me souviens aussi d'une année ou des jeunes s'étaient amusés à dessiner des croix gammées sur la plupart des tombeaux. L'affaire avait fait grand bruit dans mon village. Un tout petit village contrairement à cette ville mais les morts étaient de bon chrétiens, et pourtant Dieu ne semble pas avoir protégé leur tombe des croix gammées ou de l'usure du temps."

L'ecclésiastique écouta attentivement son histoire sans l'interrompre. Avant la guerre il avait pour habitude d'écouter des confessions chaque semaine. Et comme pour les confessions, il ne répondit pas vraiment à la remarque mais ne fit que compter l'une des nombreuses histoires bibliques qu'il connaissait :

-Laissez-moi vous raconter une histoire que l'on enseignait en Amérique latine. On raconte que lorsque l'on marche sûr la plage et que l'on se retourne on vois deux paires de pas. Les siens et ceux de Dieu qui nous suit et nous protège. Un jour, une dame particulièrement malheureuse qui marchait sur la plage se retourna, mais ne vit qu'une paire de pas. Accablé par la tristesse elle se plaignit au ciel : "Au Dieu seigneur tout puissant. Tu m'abandonnes maintenant alors que j'ai le plus besoin de toi ?" Et Dieu lui répondit : "Mon enfant, je ne t'ai pas abandonné. Tu as vu une paire de pas et tu as cru que je ne te suivais plus. Mais maintenant que tu avais le plus besoin de mon aide je te porte." Ainsi donc nous comprenons l'intervention de Dieu aujourd'hui alors que nous avons les plus besoin de lui. Mais ne vous tromper pas, dans votre village Dieu aussi était présent. Il suivait les agents des services public et leur a donné la force de nettoyé les croix gammées. Aujourd'hui il nous porte tous et sa bénédiction agit directement sur le cimetière.
-Ce qui n'empêche pas les nombreuses agressions qui ont lieu là-bas, lâcha cyniquement la demoiselle.
-Qui n'arrive qu'à ceux qui ont fermé leur coeur à Dieu. Le seigneur nous à donner le libre arbitre et ils ont fait le choix de rejeter son amitié.
-Admettons. Mais pourquoi Dieu n'a-t-il pas protéger les autres gens, je veux dire ceux qui étaient vivant pendant la guerre ? Il y avait pas mal de chrétiens parmi eux. Et la cathédrale ? Elle a été bien profanée elle. Dieu ne ferait-il qu'épargner la vie de ceux qui sont déjà mort ?
-Ah mon enfant, les voies du Seigneur sont impénétrables.


Dernière édition par Janus le Ven 31 Juil - 16:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janus

Janus

Masculin
Nombre de messages : 168
Age : 29
Date d'inscription : 21/01/2009

Feuille de personnage
Personnage: Remizov Del Horta
Caste: Fou

Le cimetière incompris Empty
MessageSujet: Re: Le cimetière incompris   Le cimetière incompris EmptyVen 31 Juil - 16:36

Si on pouvait au premier regard dans une rue, dire que l'apocalypse avait touché ce monde, ce n'était pas le cas lorsque l'on rentrait dans le cimetière qui lui ne semblait pas avoir subi les conséquences de tout ceci. Simple coïncidence ? Peut être. Pourtant Henry était bien certain d'avoir laissé le sang de ses agresseurs sur la tombe de son défunt frère. Sang qui avait disparu d'un jour à l'autre.

-Nan, moi j'dit que t'a rêvé.
Mike était quelqu'un de très respectée dans le milieu punk. Ses paroles étaient toujours d'une grande sagesse et incitaient à une profonde réflexion. C'est donc tout naturellement qu'il était unanimement considéré comme un philosophe, sauf par ceux qui le considéraient comme un gros con.
-Enfin, pour le sang hein. Car vu ton état j'imagine bien que tu t'es bien fait démonter la gueule hein. Et pit tu pissait le sang en rentrant, ça se comprend que t'est imaginé en avoir vu chez ton frangin aussi.

C'est vrai qu'après son agression Henry n'était pas au mieux de sa forme, serait-t-il possible qu'il ait tout mélanger dans son esprit ? Non, il se souvenait bien avoir parlé à son frère après avoir fait fuir les gangstas. Oui c'est bien ça, d'ailleurs ses mains étaient ensanglantés, la tombe à forcément été salie, forcément.

-Non, je t'assure qu'il y avait du sang hier, et pas qu'un peu. Et aujourd'hui, niet.
-Bah tu t'es tout simplement déplacé en te battant et t'a été salir une autre tombe. T'a vérifié les alentours ?
-Je t'assure que c'était bien celle de mon frère.
-Ou alors c'est le fossoyeur.
-Le mort ?

A défaut d'avoir à faire à un grand esprit, Henry pouvait être sûr que Mike était l'un des seuls qui ne le prendrait pas pour un fou s'il lui disait que le cimetière se nettoyait tout seul. Mais si en se confiant à lui il évitait les moqueries, il n'était pas à l'abri de théories complètement insensée.


-Mais non l'autre ! On n'est plus au moyen âge, maintenant on connaît le RTT et les congé payées. Tu crois vraiment qu'il était tout seul le mec ?

-Il y a un autre fossoyeur ?
-Bah bien sûr, d'ailleurs je le vois régulièrement. Enfin non, mais là où je trouve mes cigarettes il y a un mec qui le voit régulièrement. Enfin, le mec en question a un peu perdu l'esprit mais... L'important c'est le fossoyeur, tu comprends ?
-Pas vraiment.

Ah les fameuses cigarettes de Mike. Bien sûr à l'odeur on devinais bien que c'était autre chose, mais évidemment il se gardait bien de dire quoi. De toute façon depuis qu'une rumeur disait que sa philosophie provenait de sa drogue plus grand monde ne cherchait à en savoir davantage. S'il était de notoriété que les bonnes choses provoquaient quelques effets secondaires, il y avait tout de mêmes des limites à l'acceptable.


-Bah tu vois, le mec c'était un grand acharné de son travail. Enfin non, il aimait pas du tout ça, mais au moins ça lui occupait l'esprit. Je le sais bien car le mec qui partage mes cigarettes le connais. Enfin, c'est ce qu'il dit, mais à mon avis il divague. Tu sais, entre nous les cigarettes lui ont un peu bousillée le cerveau.

Et c'était repartit pour un discours incompréhensible. Assailli par les ganstas hier et par le philosophe aujourd'hui...

-Bref, alors le mec il s'occupait des morts. Il aimait pas ça, mais tu vois il aimait pas grand-chose. Mais ça ça l'occupait. Et il avait des problèmes, j'ai entendu dire que sa femme est morte peut avant de le quitter et que son fils l'aimait pas trop. Moi je te dis que dans son inconscient le mec il se raccrochait à la vie grâce à la mort. Ou alors il vivait en se raccrochant à la mort, c'est pas tout à fait pareil.

Après réflexion être assaillie par le philosophe est pire. Pour les gangstas il lui suffisait de jouer des poings pour s'en sortir. Et puis comment quelqu'un peut une quitter une personne après avoir été tué ?

-Et là il y a eu la guerre. Et son ami, l'autre fossoyeur est mort. Moi je te dis que quand on perd son seul ami ça fait mal. Surtout qu'ils étaient proches. Il y a même des jours où ils travaillaient ensemble. Et aussi il connaissait plein de choses sur son ami. Par exemple un jour il avait entendu leur patron appeler l'autre par son nom.

Et dire que Mike était "important". Il n'avait jamais compris pourquoi, mais le règlement était clair, ne jamais le contrarier. Comment partir avec politesse ?

-Et puis la guerre à continuer. Oh oui je sais que ce que tu penses.
*Vraiment ?* Oui il y a eu beaucoup de morts et tu te dis qu'il aurait dû être content d'avoir plus de boulot. *Râpé* Mais le truc c'est qu'il n'y avait plus personne pour s'en occuper. Car en fait les croquemorts et tous les autres gens ils étaient morts aussi. D'ailleurs même sa femme qui la quittée est morte. *Encore ?* Et sa fille aussi d'ailleurs *C'était pas un fils ?* Mais le fossoyeurs lui n'est pas mort, juste l'autre. Mais il avait plus de travail pour s'occuper. Oui je sais ce que tu pense. *Que je veux me barrer ?* Normalement il aurait dû être content de ne plus avoir de travail, mais pas lui! *encore râpé*. Car lui il aimait pas son travail, mais comme je l'ai déjà dit ça lui occupait la tête. Mais après la guerre il avait plus rien, et sa tête elle l'a pas supporter. Et depuis, il s'occupe toujours du cimetière, c'est lui qui me la dit. Enfin il la dit à mon copain qui fume mais qui ne la jamais vue, c'est tout comme. Alors tu vois, chaque jour il...

Enfin, la solution lui parvenait, un autre punk traversait la pièce. En ce qui concerne le mystère du sang sur la tombe, il était finalement plus probable qu'il ait rêvé.

-He Anne ! Heu... Excuse moi Mike mais j'ai un truc important à voir avec Anne. Et merci pour l'histoire.
-Pas de problème. Bonjour Anne. Henry me demandait pourquoi le sang qui était sur la tombe de son frangin hier avait disparu, il s'inquiétait de plus le revoir. Je lui ais expliqué.
Anne répondit par un sourire forcé. Elle aussi connaissait les excentricités de Mike et compris immédiatement à quel point Henry avait besoin d'aide. Ce dernier ne se fit d'ailleurs pas prié pour la rejoindre et la pousser pour quitter la pièce le plus rapidement possible.
Une fois à distance jugée suffisante, elle éclata de se rire cristallin que tous appréciaient.


-Heu Anne, j'aurais une petite faveur à te demander. À propos du sang sur la tombe... enfin si tu pouvais éviter de raconter ça aux autres...
-Ah mon pauvre chéri, tu devrais te reposer un peu. Moi je sais pourquoi le sang a disparu.
-Me dit pas que tu crois à son histoire !
Elle rit de plus belle.
-Rooh c'est bien plus simple que ça. Il a plu hier, voilà tout !
-Il a plu hi... ah mais oui, c'est vrai en plus !
-Voilà, mystère résolut lança-t-elle dans un dernier rire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Le cimetière incompris Empty
MessageSujet: Re: Le cimetière incompris   Le cimetière incompris Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cimetière incompris
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le PvP, cimetière assuré....
» Débat sur une demande de suppression du cimetière
» Le cimetière des éléments...
» Cimetière des Anonymes
» Seigneurie de Cattenom : Theudric Von Strass

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Après la Fin | RPG |  :: Les Rumeurs des Ruelles :: Les Rumeurs-
Sauter vers: