Après la Fin | RPG |
Ne sois plus un simple observateur, ne sois plus inactif : rejoins une caste et bats-toi pour sauver ta peau !

Le jeu n'attend que toi !


Un seul but : survivre !
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous vous souhaitons à tous une bonne année 2043 environs ! Essayez de rester en vie jusqu'à la prochaine !
Venez manger un bout de Rat'sBurger dans notre Mc Destroy ! Ça ne coûte rien, et c'est réservé aux punks !
Révolte ! Rejoignez PETER ! Les Administrateurs doivent payer ! Nous leur arracherons notre bonheur à coups de revendications sanglantes !
Gangsta vend moteur de voiture BMW. Pour plus d'infos, contactez Joe. Payable en came.
"C'est incroyable ce que veut PETER !" a hurlé Cho'Ko lors de son discours, "Ils réclament de l'impossible alors que nous venons à peine de sauver AlF !"
Le 25 décembre, un lieu où un certain nombre de mutants s'étaient réfugiés a été réduit en cendres. Impossible de vérifier si les mutants étaient déjà morts avant l'incendie. Qui a bien pu commettre une telle atrocité ?
Cherche refuge. Peut endormir vos enfants par la pensée en quelques secondes pour plusieurs heures.
LSN s'est une fois de plus exclamé que PETER était une révolte en carton, et que les administrateurs ne maltraitaient aucunement les membres. "Si ils veulent la guerre, qu'ils aillent tuer du kikoolol et nous laissent tranquilles."
J'sais pas qui est l'bâtard de punk qui a buté mon frère, mais je te retrouverai 'culé ! A.
Janus, fondateur de PETER, a annoncé que des mesures radicales seraient prises contre ces administrateurs qui ont immobilisé le forum pendant plusieurs mois. La révolte est en marche, mais elle marche peut-être trop vite.

Partagez
 

 Olipion dans les bois...

Aller en bas 
AuteurMessage
Janus

Janus

Masculin
Nombre de messages : 168
Age : 28
Date d'inscription : 21/01/2009

Feuille de personnage
Personnage: Remizov Del Horta
Caste: Fou

Olipion dans les bois... Empty
MessageSujet: Olipion dans les bois...   Olipion dans les bois... EmptyVen 26 Fév - 0:14

Il était une fois une bande d'ami qui décident de former l'Oulipo. Un jour pour le fun, ils se sont dit "et si on écrivain avec une petite contrainte de rien du tout?" Et c'est ainsi que son né les palindromes de 300 pages, les livres sans E et autres folie...


Ressèment en fouillant sur internet je suis tomber sur deux exercices d'écritures qui bien que n'imposant pas une contrainte Oulipienne sont plutôt ardu:

Citation :
Ecrire un dialogue où parlent et agissent trois protagonistes, à propos de n'importe quel sujet, mais sans aucune incise ou marque de parole. Le but ? réussir, seulement par les phrases de vos protagoniste, à reconnaître chacun d'entre.
Citation :

Décrivez un lac tel que le voit un jeune homme qui a assassiné sa petite amie. Ne mentionnez ni le meurtre, ni la fille.

-----------

Est ce que par hasard cela vous intéresserais d'avoir une section du forum "exercices" ou l'on amuserais à donner (et surtout à faire Razz ) des sujets avec des contraintes similaires?

Ps: En bonus, si l'un de nous devient prof de français il pourrait venir s'inspirer de sa jeunesse sur après la fin pour faire souffrir ses élèves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janus

Janus

Masculin
Nombre de messages : 168
Age : 28
Date d'inscription : 21/01/2009

Feuille de personnage
Personnage: Remizov Del Horta
Caste: Fou

Olipion dans les bois... Empty
MessageSujet: Re: Olipion dans les bois...   Olipion dans les bois... EmptyVen 26 Fév - 2:50

He ben, l'est amusant le second sujet. Bien sur je n'aurais pas aimer avoir en devoir de français mais qu'est ce qu'il est plaisant.
Si quelqu'un est tenté de le traité je vous conseille de ne pas me lire tout de suite. Personnellement lire quelqu'un qui traite le même thème que moi "pollue" mon imagination et inconsciemment j'ai tendance à vouloir faire la même chose. Bien sur ce n'est qu'un avis subjectif, vous faites comme vous voulez Razz


---------------


C’était une belle journée, un soleil ravissant, une brise fraîche, un arbre reposant. Anatole était là, insouciant, face à ce lac, comme si rien ne s’était passé. Paradoxalement il ne ressentait qu’un grand calme, ou plutôt un grand vide : nulle angoisse, nulle peur, rien.
Seul face à ce lac il admirait les reflets irisés de la journée. Suffisamment de temps s’était écoulé pour que la haine parte, trop peu n’était passé pour que le regret ne s’installe. Et le voici, insouciant face à cette étendu d’eau, admirant le reflet de l’arbre, cet arbre majestueux sur lequel il se reposait, mais arbre isolé, perdu dans le ciel. Son propre reflet n’était pas visible comme si il n’existait pas, comme si il n’existait plus.
Un ciel, un arbre et un peu de lumière, de l’eau, calme et doré, sans vague ni rides, sans rien pour la troubler pas même son propre reflet, surtout pas son propre reflet.

C’est une belle journée, quelque part au bord d’un lac, et un doux vent d’été qui remue les feuilles et agite l’herbe en emportant avec lui un pissenlit solitaire. Et perdu dans un abysse de lumière, le garçon détourne le regard au passage d’une fleur blanche, elle aussi arrachée et insouciante, portée par le vent sans savoir où elle va, ni même où elle est. Mais d’une blancheur immaculée, encore pure et innocente qui reflète encore la lumière, et qui se reflète encore dans le lac.

Par-dessus ce puit de lumière, même s’il ne le voit pas, une feuille s’apprête à se détacher. Encore une brise et la voilà devenue ce que l’on peut nommer une feuille morte, qui tombe en tournoyant, jusqu’à caresser le lac. Du premier contact naissent des ondes, parfaitement circulaires, parfaitement naturelles. Le pissenlit est déjà oublié, et Anatole admire ces ondes, tout aussi naturelles que la mort de cette feuille, une mort qui ne trouble en rien le lac car emporté par le temps et non arracher par le vent.

Quelque part, par une belle journée, non loin d’un arbre et de son reflet, le reflet d’un pissenlit est survolé par la fleur blanche, et une feuille danse avec son double. Non loin de là, près du lac, un garçon perdu admire un lac solitaire, et n’y voit nul reflet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bidhulk
Admin
Admin


Nombre de messages : 153
Date d'inscription : 07/01/2009

Feuille de personnage
Personnage: Duchmol Dupont
Caste:

Olipion dans les bois... Empty
MessageSujet: Re: Olipion dans les bois...   Olipion dans les bois... EmptyLun 1 Mar - 2:59

L'admin de l'ombre poste ici son premier message hors trombinoscope (et encore ça date !)...
Il répond en effet à l'appel de la Lettre en rédigeant le second sujet !
Voici sa maigre contribution à l'édifice culturel du forum:

Arhum.




Le panorama s'ouvrait sur une immense clairière, d'émeraude resplendissant sous le soleil intense de cette fin d'après midi.
Du moins, à première vue; les quelques premiers mètres du pourtour de cette clairière était vraisemblablement couverts d'une herbe rase et grasse, mais après… On remarquait, ci ou là, un léger mouvement, différent de la brise dans le gazon… Puis, lorsque un nuage passe devant le soleil, tout change, le monde se transforme, les couleurs ne sont plus les même… Le vert précieux prend des tons plus profonds, plus sombres… Au centre du cercles de verdure émerge un disque plat, bien plus sombre que l'herbe environnante… De l'eau, frissonnant quand un poisson affleure doucement la surface, caressée par une feuille tombant délicatement, les nénuphars comme autant de grains de beauté parsemant cette douce peau pleine de vie.
Puis le soleil reparait, dévoilé de son nuage impertinent, déjà bas sur l'horizon; combien de temps est passé lors de cette contemplation silencieuse ? Une vie entière, un clin d'œil..? Du pareil au même…
La lumière enflammée révèle de nouvelles nuances, allonge les ombres… Le rochers, la bas: son ombre, ronde, immense, comme un œil écarquillé… Le vent du soir chuinte, soupire dans les arbres étreignant la clairière et son petit, dérisoire lac, cette cellule qui n'est guère plus qu'une mare…
Un dernier frisson parcours l'onde, puis le souffle retombe…
Le soleil passe sous la cime des arbres, toute lumière disparait… La vie diurne de ce lieu se retire, lentement… Sous les jacinthes et autres jonquilles d'eau, tout s'endort…

Le jeune homme fait demi tour, regardant où il pose ses pieds, encore plein de sa rêverie; il contourne un arbre où est attachée une corde tendue, puis pénètre sous les frondaisons…

_________________
- Et si... Oui, et si... Mh...
- Et si quoi ?
- Ta gueule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janus

Janus

Masculin
Nombre de messages : 168
Age : 28
Date d'inscription : 21/01/2009

Feuille de personnage
Personnage: Remizov Del Horta
Caste: Fou

Olipion dans les bois... Empty
MessageSujet: Re: Olipion dans les bois...   Olipion dans les bois... EmptyMar 6 Avr - 23:31

J'ai un autre sujet à proposer aux amateurs.
Vous devez faire la critique d'une chose de piètre qualité, mais qui prit au premier degrés semblerais être un éloge:

Je me suis essayer à faire l'éloge de lettre du front que vous retrouverez dans la section de connaissance culturelle.

Afin que le sujet soit intéressant, essayer d'éviter les mensonges éhontée et autres compliments qui passera dans n'importe quel contexte. Essaye plutôt de faire un peu de sophisme, c'est a dire de donner un point de vu "crédible" élogeant des points qui n'ont rien de vraiment merveilleux.
Bien évidement, vous pouvez laisser paraitre votre véritable point de vue en sous entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LSN
Admin
Admin
LSN

Masculin
Nombre de messages : 347
Age : 27
Date d'inscription : 07/01/2009

Feuille de personnage
Personnage: Heiks Hammer
Caste: Punk (mutant)

Olipion dans les bois... Empty
MessageSujet: Re: Olipion dans les bois...   Olipion dans les bois... EmptyVen 16 Avr - 13:55

Janus a écrit:
Citation :

Décrivez un lac tel que le voit un jeune homme qui a assassiné sa petite amie. Ne mentionnez ni le meurtre, ni la fille.

----------

Cet endroit et ce lac n'avaient jamais été très beaux, et cela n'allait pas en s'arrangeant. L'eau n'y était pas propre, la verdure alentour avait un vert grisé, et le ciel n'était jamais parfaitement bleu. Cependant, une fois de plus, j'étais assis face à cette étendue d'eau presque opaque, sur laquelle les rayons du soleil tentaient désespérément de faire apparaître quelques petites teintes brillantes. En vain, bien entendu, le soleil était masqué par des nuages aux formes hideuses. Le vent avait une odeur de mort, et son bruit était désagréable.

Autour de l'eau, il n'y avait pas d'herbe. Il fallait marcher deux ou trois mètres pour atteindre les premières traces de verdure. Ensuite, on s'enfonçait petit à petit dans une forêt et après avoir croisé plusieurs arbres, de toutes espèces, on atteignait la route. C'était un coin retiré de tout, au final, avec pour centre parfait cette eau sale.

J'aimais bien ce lac, malgré tout. J'y avais rencontré des gens, perdu d'autres, fait la fête. C'était un amas liquide de souvenirs. A travers l'eau, je distinguais nettement bidons et autres ordures, laissées ici à leur propre sort, camouflées lâchement et sans trop de réflexion de la part de leur propriétaire.

Au loin, je distinguais cette montagne sans nom, sur laquelle se dessinait encore un peu de neige. Je n'y étais jamais allé, mais son teint terne ajoutait à l'ambiance un peu plus encore de morosité. Elle était invisible quand on ne savait pas dans quel direction porter son regard. Le brouillard qui flottait ici, comme si le lac était un renfermait un secret, était permanent et assez épais. C'était un peu comme si il fallait que personne n'ait envie d'aller voir s'il y avait quelque chose à découvrir sous l'eau. Le brouillard et la morosité, accompagnés de la laideur du lieu repoussaient le visiteur lambda.

J'étais ici si mal et si bien à la fois. Ce lac m'évoquait le début et la fin. Il vieillissait avec moi. Quand j'étais enfant, j'avais encore le courage de m'y baigner sans avoir peur qu'un peu de tôle ou un corps d'un animal ne m'effleure le pied, car son eau ressemblait encore à de l'eau. A présent, je préférais laisser à d'autres le soin de découvrir ce qu'elle renfermait.

Sur cette ultime pensée, voyant que le soleil commençait à se diriger vers la ligne de l'horizon, je me levai de cette herbe piquante et grise. Je frottai et rajustai un peu mes vêtements, sur lesquels apparaissaient quelques tâches rouges, avant de balayer le sol d'un coup de chaussure pour dissimuler les bouts de corde que je n'avais pas utilisés. Puis je rangeai mon couteau dans ma poche, jetai un dernier coup d'oeil au lac, et choisis de me diriger vers la forêt qui menait à la route, au bord de laquelle j'avais garé ma voiture quelques heures auparavant.

----------

J'espère que le fait de faire deviner qu'il y a eu un meurtre n'était pas interdit Very Happy !

_________________
Personnages :

Heiks Hammer, punk-mutant, encore en vie.
Jasper Hellessen, fou, mort le 15/04/09.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lsn.servhome.org/
Contenu sponsorisé




Olipion dans les bois... Empty
MessageSujet: Re: Olipion dans les bois...   Olipion dans les bois... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Olipion dans les bois...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP]Quand les zozieaux chantent dans les bois...
» promenons-nous dans les bois...
» Mouvement et combat de cavalerie dans les bois (EMpire mais pas que...)
» [JDR & GN] Par l'association Promenons-Nous Dans Les Bois
» [RP des Cigales] Dans les bois à Draguignan : Gauvin Lebeau / Laianne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Après la Fin | RPG |  :: Le forum :: Remarques et questions-
Sauter vers: