Après la Fin | RPG |
Ne sois plus un simple observateur, ne sois plus inactif : rejoins une caste et bats-toi pour sauver ta peau !

Le jeu n'attend que toi !


Un seul but : survivre !
 
PortailPortail  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Nous vous souhaitons à tous une bonne année 2043 environs ! Essayez de rester en vie jusqu'à la prochaine !
Venez manger un bout de Rat'sBurger dans notre Mc Destroy ! Ça ne coûte rien, et c'est réservé aux punks !
Révolte ! Rejoignez PETER ! Les Administrateurs doivent payer ! Nous leur arracherons notre bonheur à coups de revendications sanglantes !
Gangsta vend moteur de voiture BMW. Pour plus d'infos, contactez Joe. Payable en came.
"C'est incroyable ce que veut PETER !" a hurlé Cho'Ko lors de son discours, "Ils réclament de l'impossible alors que nous venons à peine de sauver AlF !"
Le 25 décembre, un lieu où un certain nombre de mutants s'étaient réfugiés a été réduit en cendres. Impossible de vérifier si les mutants étaient déjà morts avant l'incendie. Qui a bien pu commettre une telle atrocité ?
Cherche refuge. Peut endormir vos enfants par la pensée en quelques secondes pour plusieurs heures.
LSN s'est une fois de plus exclamé que PETER était une révolte en carton, et que les administrateurs ne maltraitaient aucunement les membres. "Si ils veulent la guerre, qu'ils aillent tuer du kikoolol et nous laissent tranquilles."
J'sais pas qui est l'bâtard de punk qui a buté mon frère, mais je te retrouverai 'culé ! A.
Janus, fondateur de PETER, a annoncé que des mesures radicales seraient prises contre ces administrateurs qui ont immobilisé le forum pendant plusieurs mois. La révolte est en marche, mais elle marche peut-être trop vite.

Partagez
 

 Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo)

Aller en bas 
AuteurMessage
Doll

Doll

Féminin
Nombre de messages : 113
Age : 26
Date d'inscription : 12/07/2009

Feuille de personnage
Personnage: Luan Luteen Madsen
Caste: Punks

Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo) Empty
MessageSujet: Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo)   Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo) EmptySam 10 Oct - 1:08

[HRP: Ce RP se passe il y a trois ans, j'avais envie de le faire ^^ Donc c'est pour cela que c'est un solo, avec un PNJ que je ferais intervenir souvent, c'est-à-dire Neil ^^ Il raconte la réaction de Luan Madsen après la disparition d'Alice. D'où aussi le fait qu'il soit solo. Mais si éventuellement vous voudriez faire apparaître vos personnages, pourquoi pas ma foi ^^ Seulement il faudrait une histoire logique, donc merci de me contacter par MP ou msn avant toute initiative =) ^^ ]



L'aube pointait à peine lorsque les rues de la ville dévastées virent arriver un petit bout de femme haut d'un mètre 57, la tête recouverte d'un capuchon sombre laissant tout de même entrevoir quelques mèches roses pétantes. elle était vêtue d'une longue jupe noire fendue sur le devant qui traînait sur le sol, amassant allègrement la poussière de pierres brisées, et un corset en cuir de la même teinte, qui enserrait son buste maigre. Ses jambes fines étaient gainées de bas résille déchirés maintenus par une jarretières de dentelle noire dans laquelle était glissée un sai ouvragé. Ses pieds étaient chaussés de bottes qui lui montaient jusqu'aux genoux.

La fragile jeune fille ressera les pans de sa cape autour d'elle, frissonnant légèrement à cause de la brise matinale. Son visage était baissé dans une attitude d'affliction extrême. Elle s'arrêta dans l'ombre de la cathédrale et tomba à genoux, se meutrissant sur les cailloux arrachés à la chaussée. Un jeune homme aux cheveux rouges, vêtu de noir lui aussi, descendit quatre à quatre la volée de marche qui menait à la porte du lieu saint, où il attendait.

Il s'approcha avec douceur de la nouvelle arrivante et lui posa tendrement un main sur l'épaule, s'agenouillant devant elle. Sa main se leva lentement et caressa la joue de la jeune fille, où il essuya une larme. Celle-ci releva lentement son visage baigné de pleurs et le regarda avec des yeux emplie d'une immense détresse. Le punk la serra dans ses bras et la garda longtemps contre lui, baisant ses cheveux doucement, murmurant des mots de réconfort tandis qu'elle sanglotait. Lui-même était ému par la détresse de son amie, par l'évènement qui avait provoqué cette réaction. Mais il devait être fort. Pour elle. Pour la soutenir, parce que désormais, elle était seule.

- Je suis là, Luan. Je suis là. Tu peux compter sur moi, tu ne seras pas seule. je resterai avec toi.

Ils restèrent un long moment dans cette position, le temps que Luan Madsen se calme un peu. Puis elle se releva, et son ami Neil l'entoura de son bras. Elle se blottit contre lui, de nouvelles larmes dévalant ses joues. Elle souffrait atrocement. Et ce vide en elle, que désormais rien ne pourrait jamais plus combler...

Tout avait commencé trois jours auparavant, lorsqu'elle s'était réveillée seule dans la cave inconnue où elle s'était endormie la veille avec sa bien-aimée. Le lit de fortune était froid et il n'y avait aucune traces d'Alice où que ce soit dans la pièce. Les soupiraux laissaient entrer des flots de lumières, la matinée devait déja être bien avancée. D'habitude, elle ne dormait que quelques heures par nuit et se réveillait bien avant son ange adoré. Elle adorait la regarder dormir, elle était si paisible ! Sauf quand elle avait un cauchemar.
Mais ce jour là, non, Alice n’était plus là. Pas un mot, aucune indication. Il n’y avait aucune trace de lutte. Peut-être que la Punk rousse était juste partie faire un tour, ou peut-être chercher à manger ? Elle reviendrait. Oui, mais en même temps, partir sans prévenir, ce n’était pas le genre d’Alice Carlan. Et puis elle avait tant dormi…
Luteen se leva, l’inquiétude naissant rapidement dans son ventre, lui tordant les entrailles. Elle avait peur. Pas pour elle, non, mais pour sa bien-aimée. Où était-elle ? Partie de son plein gré ? Non, ça ne lui ressemblait pas. Elle lui avait juré de rester à ses côtés, et la demoiselle était une femme de parole. Et l’amour qui les liait était trop fort pour pouvoir être effacé par le temps et la routine. Surtout qu’il n’y avait aucune routine entre elles deux ! Emmenée de force alors? Mais par qui ? Et surtout, surtout… où ?

La jeune fille de seize ans et demie se rhabilla, jeta ses affaires et celle d’Alice dans son sac et courut loin de cette cave. Vite. Elle volait presque dans les rues dévastées, évitant les trous, sautant par-dessus les crevasses. Elle courut un moment. Puis arriva devant le quartier des Punks, là où la majorité de la Caste avait son pied à terre. Sans hésitations, elle choisit une porte où elle tambourina avec l’énergie du désespoir.

- Neil ! Neil, ouvre-moi je t’en prie ! S’il te plaît…

La porte s’était ouverte sur un jeune homme ‘une vingtaine d’années, grand, dégingandé, même, à la tignasse rouge, torse nu comme s’il venait de se réveiller, mais les yeux bien ouverts. Il avait reconnu la voix de Luan Madsen. Elle se jeta dans ses bras en pleurant, libérant la tension qu’elle avait accumulé :

- Neil, Alice… Alice… Elle a… elle a disparu ! y’a pas de traces, pas de mot, je sais pas… elle … je sais pas où elle est… elle m’aurait prévenu si elle était… Neil, aide-moi ! Je dois… il faut que je la retrouve !

Comme chaque membre de la caste Punk, Neil connaissait la passion qui liait Alice Carlan à la petite Luan Madsen. Il connaissait Alice depuis sept ans maintenant, et avait appris à apprécier son tempérament enjoué et sa façon de vivre simple. Luan, cela faisait juste deux ans, mais la petite l’avait tout de suite conquise avec son extravagance et son caractère passionné. Elle l’attirait. Il la serra dans ses bras, tentant de la calmer, mais la punk aux cheveux roses se dégagea avec violence, lui laissant le sac d’affaire de son ange roux.

- Je vais la chercher. Rendez-vous dans trois jours devant la cathédrale. Si tout va bien, elle sera avec moi.

Sur ces paroles, elle repartit en courant.

Elle avait cherché pendant trois jours, sans se nourrir, sans presque dormir. Trois jours d’angoisses où elle avait fait leurs planques habituelles, se risquant même sur le territoire des Gangstas pour vérifier que son cadavre n’était pas chez eux. Mais rien. Aucunes traces. Personne n’avait rien vu, rien entendu. Même l’argent ne déliait pas les langues, c’était bien simple, il n’y avait rien a dire. Alice avait simplement disparu. S’était évaporée. Le jour du rendez-vous était venu. Luan s’était habillée de noir, et avait marché lentement jusqu’à la cathédrale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doll

Doll

Féminin
Nombre de messages : 113
Age : 26
Date d'inscription : 12/07/2009

Feuille de personnage
Personnage: Luan Luteen Madsen
Caste: Punks

Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo) Empty
MessageSujet: Re: Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo)   Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo) EmptyLun 12 Oct - 22:12

Neil soutint son amie en murmurant toujours des paroles de réconfort creuses. Que faire pour endiguer une telle détresse? Etait-ce seulement possible? Il savait que Luteen avait le coeur brisé. Et qu'elle était en colère. Triste de ne pas avoir de nouvelles, desespérée d'avoir perdu la femme de sa vie, furieuse de n'avoir rien pu faire. Il fallait s'occuper d'elle, où elle ferait une connerie. Une grosse connerie. Genre aller a découvert sur le territoire des Gangstas pour les traiter de tafioles. Le genre de truc qui ne pardonnerait pas. Elle irait de son plein gré au casse-pipe, puisque sans Alice, rien n'avait d'interêt pour elle, et le punk en était conscient.

Qu'elle soit venue lui rendre compte de son échec était déja un exploit. C'était certainement plus dû a son sens de l'honneur qu'à son manque d'envie. Si Luan ne lui avait pas donné rendez-vous aujourd'hui, Neil savait bien qu'il ne l'aurait plus jamais revue. Elle n'était déja plus que l'ombre d'elle-même. Ne pas savoir la rongeait. cette incertitude était abominable. Son amour se trouvait peut-être dans l'autre monde et elle n'en savait même rien.

Il la sentit trembler contre lui et ressera un peu plus fort son étreinte. Le jeune homme s'inquiétait. La disparition d'Alice mettait en valeur un autre problème : on ne connaissait pas tout ses ennemis. peut-être était-ce le prélude d'une longue série de disparition. Ou peut-être qu'Alice était seule concernée et dans ce cas... Pourquoi elle? Leur avait-elle caché quelque chose sur son identité?

- Neil... J'ai besoin d'elle... Je ne peux pas vivre sans elle...
- Luteen, tu es forte. On va la retrouver. Je te le jure.

L'adolescente se remit a pleurer. D'un coup, elle se sentait découragée. Pourrait-elle faire face à l'avenir? Pourrait-elle continuer à vivre, sachant qu'elle n'avait rien pu faire pour celle qu'elle avait juré de protéger? Sa gorge se noue, elle suffoque. Neil la retient et la serre un peu plus contre elle.

* Alice! où es-tu, mon amour? Où t'a-t-on emmené? Est-ce que tu vas bien? Oh, mon ange, j'ai si peur... *

Luan Madsen ne craignait pas grand chose. Elle n'appréhendait pas de se battre, même si elle n'appréciait pas spécialement ça. Elle n'avait pas peur de la torture, de la douleur, de la violence. Elle n'était pas sujette a une quelconque phobies. Névrosée, sans doute. Mais phobique, non. La seule chose qu'elle craignait, c'était qu'on fasse du mal à ceux qu'elle aimait. Et puis sa mère lui avait été enlevé, premier choc. Et maintenant, Alice, la personne à qui elle tenait le plus au monde. Etait-elle trop faible?

- Tu ne sais vraiment pas ce qui a pu se passer? Où elle pourrait être?

Ce fut peut-être la phrase de trop. La punk en deuil, déja malmenée par les évènements, laissa remonter son côté sombre et s'abîma dans une fureur monstrueuse:

- Qu'est-ce que tu crois? Que je l'ai tuée? Que je la cache? Que je me fous d'elle? Bordel, mais si j'avais la moindre idée de l'endroit où elle peut se trouver, j'y serais, et non pas là a parler avec un mec qui doute de mon amour pour Alice. J'ai ouvert toutes les tombes déja violées. J'ai creusé partout où la terre semblait fraîchement retournée. J'ai fait toutes nos planques, ouvert tous les apparts des gratte-ciels. Interrogé tout ceux qui pouvaient l'être. Je suis allée chez les Gangstas, putain! Je me suis battue contre deux d'entre eux, que j'ai tabassé jusqu'à ce qu'ils soient prêt a vendre n'importe lequel de leur amis. J'ai embauché des mioches pour fouiller les habitations et les HLMs. Je suis allée à l'hôpital. Crois-tu vraiment que j'ai pu la louper? Alors que je reconnais le moindre de ses gestes, et que je pourrait la repérer dans une foule compacte, à 100 mètres de distance? TU CROIS QUE JE ME SUIS EPARGNEE? Mais putain, t'as quelle opinion de moi? Je suis peut-être jeune, mais pas irresponsable, merde!

Luteen savait bien que Neil ne pensait pas ça d'elle. Mais il avait fallu que ça sorte. Que la tension s'échappe. Elle pria pour qu'il ne l'abandonne pas, lui non plus. Mais le punk lui sourit tristement, et la regarda dans les yeux:

- Non, bien sûr que non. Excuse-moi, Luan. Je ne pense rien de tout ça.

La jeune fille baissa la tête et ne répondit pas. Neil, qui craignait a juste titre que son esclandre ait pu ameuter des gens malintentionnés, lui prit la main et la traîna malgré son désaccord dans la fraîcheur macabre de la cathédrale devastée. Elle n'aimait pas les lieux saints, parce qu'elle ne s'y sentait pas à sa place. Comme si les colonnes la rejetaient, comme si le bénitier lui chuchotait qu'elle n'avait rien a foutre ici. Elle se raidit d'un coup mais un regard de Neil l'incita à ne pas sortir:

- Je sais que tu n'aimes pas être ici. Mais dehors, dans ton état, c'est trop dangereux. On va attendre un peu sur ce banc, dit-il en désignant un banc de bois sombre encore presque intact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doll

Doll

Féminin
Nombre de messages : 113
Age : 26
Date d'inscription : 12/07/2009

Feuille de personnage
Personnage: Luan Luteen Madsen
Caste: Punks

Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo) Empty
MessageSujet: Re: Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo)   Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo) EmptyDim 17 Jan - 4:38

Neil la força à s'asseoir d'une légère pression des mains sur ses épaules osseuses. Luan était figée, telle une poupée de bois manipulée par son créateur. Ses yeux noirs étaient fixés droit devant elle, sans bouger, sans ciller. Ses mains étaient posées à plat sur ses genoux, raides. L'ombre poussièreuse qui régnait dans la cathédrale, et le noir de la tenue de deuil de l'adolescente accentuaient la pâleur naturelle de sa peau. Le punk aux cheveux rouges s'assit, puis tourna la tête pour la regarder avec inquiétude. Assise ainsi, immobile, elle ressemblait à un véritable cadavre. Il eut soudainement peur. Peur pour sa vie à elle, peur qu'elle ne s'éteigne brusquement. Peut-on mourir d'amour? Il n'en était pas sûr, l'amour, il ne connaissait pas.

Mais à voir ce petit bout de fille desespérée, il ne doutait pas que le suicide amoureux puisse exister.

Il chercha dans son esprit un motif quelconque qui aurait pu la rattacher à son existence. Il ne trouva pas. Et à ses côtés, Luteen ne bougeait toujours pas. Dans le silence abîmé du lieu saint dévasté, on n'entendait que le bruit de son souffle. Et celui, beaucoup plus ténu, de la jeune fille. Comme si elle avait déja commencé à mourir. Neil paniqua, sans pour autant esquisser le moindre mouvement : si Luan s'était mis quelque chose dans la tête, elle le ferait, et tuerait quiconque tenterait de l'en empêcher. Puis il remarqua que ses mains tremblaient, convulsivement. Tout à coup, les poings de la Punk se serrèrent, enfonçant ses ongles d'acier dans la paume. Mais Luan ne sentait pas la douleur. Elle se leva subitement, et évitant les bancs cassés et les dalles brisées, elle se planta devant l'autel lezardé, et regardant la statue de Jésus qui trônait encore au-dessus, attachée au mur, elle leva ses mains ensanglantées vers le ciel et se mit à hurler:

"Dévore-moi, ô Dieu sadique! Arrache-mon coeur et mange-le, puisque tu te plais à me faire souffrir! Foudroie-moi, détruis-moi! Arrache ma peau, brûle ma chair, ponce mes os, lacère-moi, puisque ton seul plaisir est d'infliger peines et souffrances à ceux que tes doigts tordus ont créé! Vas-y! Tue-moi! Je te hais! Je te hais, sale enfoiré, je te déteste toi et ton amour pour l'humanité! Alors écrase-moi, connard, pour avoir blasphémer, que je puisse te rejoindre dans l'autre monde et ainsi te déchirer, te faire souffrir autant que je souffre, pour que tu comprennes la douleur de ceux qui ont perdus un être cher! TUE-MOI! Ensevelis-moi sous le poid de cette putain de cathédrale! Que mille ans d'histoire en finissent avec moi! Que les pierres me détruisent, que..."

Elle aurait sans doute pu continuer ainsi pendant longtemps, debout, échevelée, exaltée comme une folle furieuse qui annonce la fin du monde. Le sang goutait régulièrement de ses mains, formant près de ses pieds une petite marre écarlate. Mais Neil, qui s'était levé au début de sa tirade, près à intervenir, entendit soudain des bruits de pas sur le parvis de la cathédrale. En quelques pas, il fut sur son amie, sur laquelle il se jeta, la coupant net. Il ne voyait pas le nouvel arrivant, ne savait même pas de qui il s'agissait, mais il eut été impossible que la diatribe de la punk soit passée inaperçue.

Le temps que le nouvel arrivant contourne le tas de bancs de messe pour acceder à la nef centrale, il pourrait traîner Luteen derrière l'autel, ce qu'il fit. a moitié assomée, la jeune fille ne réagit pas. Neil sortit son Glock de sa poche intérieure et retira le cran de sécurité, prêt à intervenir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doll

Doll

Féminin
Nombre de messages : 113
Age : 26
Date d'inscription : 12/07/2009

Feuille de personnage
Personnage: Luan Luteen Madsen
Caste: Punks

Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo) Empty
MessageSujet: Re: Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo)   Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo) EmptyLun 25 Jan - 20:35

Ils entendirent des bruits de pas légers, et le froissement d'un tissu sur le sol. Puis une voix féminine aigûe, assez désagréable à entendre:

" Hihihi! Madeleine a entendu une voix. Une petite voix de petite fille qui hurlait contre le Seigneur! Hihihiihi, ce n'est pas bien, le Seigneur est grand, et la petite fille est vilaine, on ne doit pas insulter le Seigneur! Oh non non non, on ne doit pas, c'est très mal! Ou est-elle, la petite fille? Madeleine aimerait bien savoir pourquoi elle insulte le Seigneur! Petite fille, viens, Madeleine veux te parler!!! "

Neil jeta un regard à Luan, qui paraissait de pas comprendre ce qu'elle entendait. Le punk, lui, savait fort bien qu'il risqu'ait d'assister à un affrontement sans merci. Dès lors que son amie aurait compris que la nouvelle arrivante était croyante et qu'elle s'adressait à elle en défendant Dieu, les probabilités pour qu'elle se jete sur elle étaient très forte, dans l'état où elle était. Puis l'orpheline fit un mouvement comme pour se lever, et le jeune homme dut lui tirer le poignet pour l'en empêcher. Pendant ce temps, la folle continuait sa diatribe:

"Oh non, jamais insulter le Seigneur! Même si on souffre, il ne faut pas l'accuser! Il n'envoie jamais de souffrances sur ses brebis sans raisons! Tu l'a mérité, petite fille! Hihihi, tu l'as mérité, sinon le Seigneur t'aurait offert le bonheur éternelle! Tu es une pécheresse, petite fille!"

S'en fut trop pour Luteen qui avait repris ses esprits depuis quelques instants, et écoutait cette voix horrible l'accuser. Elle regarda Neil avec des yeux vides de toutes expressions, et lui planta ses ongles dans le poignet pour qu'il lâche sa main. Sous la douleur et la surprise, le punk dessera son emprise, et elle en profita pour se planter, en deux sauts trois enjambées, devant ladite Madeleine. Une femme qui ne devait pas avoir plus de trente ans, mais qui en paraissait déja soixante-dix : Son corps frêle était à peine couvert par une toge cousue à la va-vite dans un drap blanc, ses cheveux blancs étaient dénoués sur ses épaules osseuses et nus, ses yeux égarés la regardaient tandis que sa bouche à moitié édenté faisait un grand sourire. La femme paraissait totalement dingue. Mais Miss Madsen n'était pas d'humeur a excuser quoi que se soit. Elle rétorqua en grondant, restant à plusieurs mètres d'elle:

" Comme tous ici! Je fais ce qu'il faut pour rester en vie. Et ça, vieille folle, ton foutu Dieu ne s'en rends pas compte, s'il s'acharne sur moi! On est un million de survivants à tabasser, tuer, voler pour survivre. Pourquoi m'a-t-il choisi? Tu es capable de répondre à ça, hein?
- Oh, la petite fille est venue! Mais elle ressemble à un démon! Hihi, tu es comme Madeleine avant, petite fille! Mais Madeleine s'est repenti, elle a trouvé la voie de la sagesse, et sert le Seigneur, désormais! Oui oui oui hihi, la petite fille est une succube, hein?! Elle est aux ordres de Lilith la démone! Tu es une perversion! Ho ho ho, le Seigneur n'aime pas les démons, et les succubes qui pervertissent ses brebis! Je dois te tuer, succube! Le Seigneur me récompensera!"

Elle fit quelques pas titubant en avant, et Luteen remarqua ses pieds nus abîmés, déchirés. Elle dégaina un couteau pendu à sa ceinture. L'adolescente dégrafa son bustier et exposa son torse maigre. Elle ouvrit les bras, offrant son coeur à la lame.

"Vas-y, tue-moi! Je ne demande que ça! Je pourrais rejoindre Alice. Qu'attends-tu? Je ne bougerais pas, alors frappe! Extermine la succube!"

Neil observait la scène. Ainsi donc, elle avait décidé de mourir, et avait choisis cette dingue pour faire le boulot. Mais la femme allait-elle attaquer? Son état mental paraissait incertain, elle pouvait tout aussi bien s'éloigner en monologuant. Mais Madeleine s'élança, le couteau brandi, les yeux fous, un filet de bave coulant sur son menton. En une fraction de seconde, Neil décida qu'il ne pouvait laisser Luan mourir. Il en accepterait les conséquences, mais il la sauverait. Son Glock 22 était prêt. D'un bond, il fut sur l'autel, visa en un éclair et tira deux balles. Le jeune homme était connu pour être un assez bon tireur, et l'adrénaline augmenta encore sa précision. La première balle se logea dans le ventre, et la seconde toucha la tempe. Le sang gicla, décorant la robe de gouttes écarlates. La femme tituba et s'effondra sur le ventre, lâchant son arme, morte avant d'avoir touche le sol. Une mare de sang se forma peu à peu sous son corps sans vie, au pieds de Luteen, qui ne bougeait pas, choquée.

Neil se précipita vers elle, s'assurant rapidement que Madeleine était bien morte, et shoota dans le couteau qui alla se perdre dans les profondeurs sombres d'une nef secondaire. L'adolescente le regarda fixement, furibonde. Ses narines se dilatèrent, sa peau blanchit encore plus si c'était possible.

"Pourquoi t'as fait ça? C'est ma vie, j'en fais ce que je veux et j'ai plus envie de vivre, maintenant. Laisse-moi mourir. Fous-moi la paix.
- Nan. C'est trop simple. La Luteen que je connais ne baisserait pas les bras aussi facilement. C'est une battante. Elle resterait en vie, pour chercher Alice jusqu'à la mort, et pour la venger, s'il s'avère qu'elle n'est plus en vie. Et là, qu'est-ce que je vois? Une pauvre gosse qui abandonne trop facilement. Alice mérite que tu restes en vie. Elle aurait préféré que tu vives.
- Ta gueule, putain! Tu sais pas ce qu'elle aurait dit.
- En tous cas, je sais que Luan Madsen, la vraie Luan, ne mourra pas avant d'avoir retrouvée Alice. Ne te laisses pas aveugler par la douleur. Elle a besoin de toi."

Il savait qu'en la provoquant, il risquait gros, mais c'était la seule manière de la garder en vie. D'autant qu'il y avait toujours un espoir qu'Alice soit vivante, quelque part. Autant ne pas passer à côté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo) Empty
MessageSujet: Re: Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo)   Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Dévore-moi, Ô Dieu sadique, arrache-mon coeur, puisque tu te plais à me faire souffrir...(solo)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dieu a dit:
» Un tueur sadique
» Courrier Vinicole "Les Gouttes de Dieu"
» Courrier Vinicole - Les Gouttes de Dieu
» Mon dieu, des RATS ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Après la Fin | RPG |  :: La Ville :: Le centre-ville :: La cathédrale-
Sauter vers: